La comparaison : l’erreur à ne surtout pas commettre !

26 janvier 2018
la comparaison, l'erreur à ne pas commettre en ief Objectif IEF

Si il y a bien une erreur à ne pas commettre quand l’on fait l’IEF, c’est la comparaison entre les enfants. Je tiens à faire un article sur le sujet, même si j’en parle régulièrement sur les réseaux sociaux. Je reçois régulièrement des messages, mails, de mamans désemparées par le « niveau » de leur enfant suite à une ou plusieurs comparaisons. J’estime qu’il est donc important qu’un article y soit dédié sur ce blog afin de prévenir toutes celles qui ne connaissent pas cette erreur à éviter.

La comparaison : l’erreur à ne pas commettre

Ce problème est bien entendu rencontré par des familles d’enfants scolarisés. Et il n’en est pas moins néfaste pour autant. Mais dans le cadre de l’instruction en famille, la responsabilité de l’instruction est en totalité assumé par le (les) parent(s). Donc en cas de doutes, ces familles ne peuvent partager les tords avec la structure qui s’occupe de l’instruction de leurs enfants.

Cette responsabilité, bien que prise consciemment lors de la décision de ce mode d’instruction, est source de beaucoup de doutes et de remises en question. C’est parfois difficile à assumer et l’on peut ce sentir perdu. Ainsi, lorsque l’on rencontre d’autres enfants du même âge (physiquement ou virtuellement), c’est inné, l’on va avoir tendance à observer les acquis de ces enfants. Viens alors le moment de la comparaison.

Il est naturel de se demander où en est son enfant, surtout dans une société où l’école et les résultats scolaires sont choses communes. Les parents ont pour la plupart été à l’école et ne connaissent que ce système. De plus, une fois que l’enfant est en âge obligatoire d’instruction, les contrôles sont une source de pression supplémentaire à ce niveau là. Mais j’avoue que la plupart des messages que je reçois, concernent surtout des enfants de moins de 6 ans.la comparaison, l'erreur à ne pas commettre en ief Objectif IEF

Des conséquences néfastes

Mais trop de comparaison peut avoir des conséquences néfastes sur les parents et l’enfant. Baisse d’estime de soi pour les parents qui remettent en question leurs propres capacités à donner l’instruction. Cela peut entraîner une dépression, qui parfois, entraîne la re-scolarisation de l’enfant. Cette situation reste comme un échec difficile à accepter.

L’enfant quant à lui, subit les doutes du/des parent(s) et peut se replier sur lui-même. Ressentir que le problème viens de lui, qu’il n’est pas capable et donc parfois un mal être très profond peut s’installer. Cela risque également de provoquer un stress important qui est mauvais pour son développement.

[Attention, les conséquences que je viens de citer ne sont pas systématiques. Surtout, elles n’arrivent pas toujours toutes en même temps. Cela dépend des parents et des enfants. Mon but n’est pas de vous culpabiliser mais de vous prévenir des conséquences que peut entraîner la comparaison]

La diversité dans l’apprentissage

Les enfants sont tous différents. Ainsi, leur capacité d’apprentissage est de la même façon, propre à chaque individu. Une même notion peut être acquise en quelques jours par un enfant, et en quelques mois par un autre enfant du même âge. Cela n’est en rien inquiétant ou signe que le deuxième enfant a un problème ou reçoit une mauvaise instruction de la part de son/ses parents. C’est tout simplement qu’il n’est pas prêt. Quand il sera prêt, il apprendra vite et mieux. Parfois, une notion est vue pendant des mois sans être acquise. Puis, en quelques semaines voir quelques jours, l’enfant est prêt et l’assimile. Chaque adulte a des points forts dans certains domaines, des préférences. C’est la même chose pour les enfants, nous ne sommes pas différents.la comparaison, l'erreur à ne pas commettre en ief Objectif IEF

Lâchez prise ! Ecoutez votre enfant.

Lâchez prise et laissez-vous guider par votre enfant. Proposez, ne forcez pas. Trouvez ce qui l’intéresse. L’IEF est une merveilleuse occasion de permettre à son enfant de s’épanouir dans son instruction par ce qu’il aime. Adaptez-vous à lui et non l’inverse. C’est le principal avantage à l’école (à mes yeux^^).

Il ne veux pas compter et son cousin du même âge compte jusqu’à 50 ? Ce n’est pas grave, il saura compter quand il en aura besoin. Il n’aime pas écrire ou colorier ? Lisez-lui des livres ! Encouragez-les dans ce qu’ils aiment. Ne vous inquiétez pas, ils ont le temps d’apprendre le reste. Vos enfants ne sont pas dans une course à la performance. L’enjeu n’est pas lequel saura lire le premier. Mais c’est plutôt comment lui permettre d’apprendre avec plaisir.la comparaison, l'erreur à ne pas commettre en ief Objectif IEF

La vitrine des réseaux sociaux.

Et dernier conseil pour la route ! Surtout, ne culpabilisez pas sur les réseaux sociaux. L’on vous montre les exercices réussis, les pièces organisées, les dessins sans bavures… Mais ce n’est en aucun cas le reflet de la réalité. Alors prenez des réseaux sociaux l’inspiration dont vous avez besoin, les conseils et astuces. Mais ne vous laissez pas happer par l’illusion du « tout beau, tout parfait », ce n’est pas vrai et c’est votre vie qui compte.

Voilà j’espère sincèrement que cet article sera utile pour un grand monde d’entre vous. Si vous le trouvez profitable n’hésitez surtout pas à le partager sur les réseaux sociaux, par mail, whatsapp… Vous avez tous les boutons pour !

Laisse moi un petit commentaire :